© 2020 By Laurent Denimal. Proudly created with Wix.com

Auteur : Mårten Sandén (illustrations Moa Schulman)

 

Titre suédois : Ett hus utan speglar [Une maison sans miroirs]

 

Nombre de pages : 155

 

Année de publication : 2017

 

Tranche d’âge : 9-12 ans

 

Éditeur : Rabén & Sjögren

Contact : droits étrangers, Andrew Nurnberg Associates, Rachael Sharples, rsharples@nurnberg.co.uk

Auteur de livres pour enfants et adolescents, Mårten Sandén a publié une trentaine d’ouvrages depuis ses débuts en 1995. Il a notamment écrit une série de 17 romans policiers destinés aux 9-12 ans.

À côté de cette série, d’autres romans pour la même tranche d’âge viennent compléter une production prolifique, comme Den femte systern (2008, nominé pour le prix August), ou Ett hus utan speglar (2017).

Il a également écrit une quinzaine d’histoires illustrées pour les plus petits (3-6 ans) dont Skorstensjul [Le Noël des cheminées] est le premier volume d’une trilogie comprenant aussi Älvsommar (2017) et Sjörövarhöst (2019), illustrée par Lina Bodén.

Mårten Sandén est enfin membre respectivement de Svenska Deckarakademin (Académie suédoise du roman policier) et de  Svenska barnboksakademin (Académie suédoise du livre pour enfants). Son oeuvre a été récompensée notamment par le prestigieux prix Astrid Lindgren en 2015, attribué à un auteur de littérature d’enfance et de jeunesse.

Traduit en onze langues, dont l'anglais, l'allemand, le polonais, le danois, l'italien, le chinois et le russe, Mårten Sandén reste encore méconnu des lecteurs français.

L’histoire

 

L’intrigue d’"Une maison sans miroirs" se déroule dans la demeure d'Henrietta, autrefois actrice de talent, aujourd'hui très âgée et en fin de vie. Sa famille s'est rassemblée pour la veiller mais l'ambiance est triste et tendue. Seul son fils Thomas ne ménage pas sa peine. Kajsa et Daniel, les deux autres enfants d’Henrietta, ressassent de vieilles histoires et se chamaillent pour un rien. 

Parmi les enfants des trois adultes, Thomasine et sa cousine Wilma, fille de Kajsa, sont les plus âgées. Elles passent le plus clair de leur temps à jouer dans la grande maison, en compagnie de leurs cousins Erland et Signe. Les parties de cache-cache se succèdent. Mais un soir, la disparition temporaire de Signe va déclencher une série de péripéties. Car Signe a trouvé une cachette dans une penderie mystérieuse encombrée de vieux miroirs qui, une fois qu’on la quitte, transporte l’enfant dans ce qu’il croit être la même maison mais qui, en réalité, est son double inversé. Et la rencontre de Signe avec la petite Hetty dans cette maison parallèle va bouleverser les enfants.

Signe montrera le passage magique à Thomasine. Wilma, à son tour, découvrira l’autre versant de la maison. Des liens très forts se créent alors avec Hetty qui semble venir d’une autre époque. À chaque visite, elle grandit bien plus vite que la normale. Initiatrice et sage, ses paroles sont écoutées et ses conseils, toujours sous-entendus, laissent à Wilma et à Thomasine le soin de réfléchir par elles-mêmes aux questions existentielles qu’elles se posent sur la beauté et l’amitié, la vie et la mort. 

Mais un jour, Erland découvre aussi le passage. Son absence prolongée inquiète les enfants qui partent à sa recherche. Confronté à ses peurs, le garçon traversera de pénibles moments. Seule la venue de son père, l’oncle Daniel, lui permettra de régler leurs différends et de se rapprocher de lui. Hetty redonnera aussi à Wilma confiance en elle, et réconciliera la mémoire de Thomas avec son fils perdu. Pour finir, elle permettra à Thomasine de faire le lien entre elle-même et sa grand-mère Henrietta, qui en réalité ne font qu’une. 

 

 

Analyse 

 

Mårten Sandén signe avec ce roman une histoire initiatique classique joliment menée, axée sur une famille en conflit et dont l’intégralité de l’action se concentre dans la demeure familiale, berceau de leur histoire commune.

La matriarche en fin de vie, parvient par un jeu du double à réconcilier tout le monde et à remettre les adultes aveuglés par leur existence agitée mais vide de sens et leurs querelles intestines sur le chemin de la sagesse. 

Et le dispositif mis en place par l’auteur est judicieux; ce sont la curiosité et l’intervention des enfants, encore incrédules mais déjà futés, qui permettront de résoudre les conflits des grands en renouant le lien familial rompu entre Hetty/Henrietta (le jeune lecteur découvre successivement les deux personnages et finit par faire le lien) et les adultes.

Mårten Sandén avance ainsi par étape dans la vie passée de la vieille dame, permettant à sa famille de l’accompagner jusqu’à son dernier souffle.

Roman sur la vie et l’amitié, l’histoire et le lien familial, Une maison sans miroirs aborde avec pudeur et tact la question de l’accompagnement en fin de vie et de la transmission générationnelle, et amène le jeune lecteur à réfléchir par lui-même à ces thèmes.